Le compte Nickel : bilan et projection

Il y a cinq ans a vu le jour le compte Nickel, si particulier grâce à sa carte vendue chez les buralistes. Idée unique de Ryad Boulanouar et d’Hugues Le Bret lancée en 2014, ce concept ne séduisait, jadis, pas beaucoup de monde.

Avec le temps, la simplicité et la praticité de l’utilisation de cette carte a su convaincre plus d’un million de consommateurs. Il faut admettre que l’idée d’ouvrir un compte bancaire dans un bureau de tabac était tout aussi originale que pertinente.

Visant à la base une clientèle précise, le succès de ce concept a fini par entraîner même une tranche de public à qui l’idée n’était pas destinée au départ. Continuant dans l’évolution, la firme projette ambitieusement d’élargir davantage sa clientèle.

Le compte Nickel : description

À leurs débuts, les concepteurs de cette idée visaient initialement une clientèle constituée de personnes financièrement fragiles. La plupart d’entre elles sont d’ailleurs sujettes à des antécédents bancaires peu encourageants. L’on peut compter à ce jour près de 2/5 de ses clients en situation d’incidence à la banque de France.

Ce fameux compte comprend trois choses indispensables : un coût abordable, 20 euros l’année ; une ouverture de compte et réception de la carte instantanées, pas plus de dix minutes ; proximité des points de services, chez le buraliste du quartier. Sa praticité est telle que la précarité financière est moins perçue comme critère d’exclusion bancaire.

Quelles nouveautés ?

Si au commencement, ce concept était destiné spécialement aux personnes sans emploi ou sans source de revenus réguliers, la réalité a maintenant dépassé les attentes. Plusieurs clients plus récents utilisent leur compte pour voyager, réserver des hôtels, ou encore acheter en ligne. Cela témoigne que le standing est relevé.

Pour cette raison, une gamme premium a été créée en 2018, afin de satisfaire au mieux cette nouvelle tranche de public. Il s’agit d’une carte nommée Chrome, dont le coût annuel est de 50 euros. Depuis sa sortie, cette nouveauté a déjà séduit plus de 50.000 clients. Elle offre une plus grande liberté à son utilisateur.

Un défi de taille

Nickel a choisi un partenariat avec la confédération des buralistes afin de démarrer son business. Avec un contrat d’exclusivité à la clé, les deux organismes sont liés pour encore les 30 ans à venir. Malheureusement, le personnel d’un bureau de tabac n’est pas un exemple de courtoisie. Le grand nombre de plaintes à ce sujet en témoignent.

En tant que néobanque, Nickel se doit de remédier à cette situation. La moindre anomalie dans le service marque chaque client. Il propose alors de gratifier l’agent le plus à même d’anticiper les interactions avec la clientèle et de maintenir une qualité dans ses services. Vu la taille de l’affaire en jeu, les deux protagonistes ont intérêt à se perfectionner dans ce domaine.

Les projets…

Dans le pays, l’organisme compte poursuivre son expansion avec la visée d’atteindre 7000 agences de vente au cours de cette année. Dans ses plans, 2020 sera l’année où 3000 agences de plus seront implantées. Cette manœuvre a pour but l’ouverture de deux millions de comptes d’ici début 2021. Cette visée peut être réalisée au rythme actuel des choses.

Il ne compte certainement pas en rester là, car, il inclut dans ses calculs l’expansion à l’international. Ou du moins dans le cercle de l’Union Européenne ! Pour ce faire, il devra chercher un partenariat similaire à celle avec la confédération des buralistes, construire grâce à cela un réseau aussi large et abondant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *